Deux nouveaux mots…

     Deux nouveaux mots dans le vocabulaire de Petite Louise… deux mots pas super corrects mais assez utiles, quant à la fréquence d’utilisation, quand on habite à Pékin…

     Le premier “ça caille”… Parce que oui, ça caille, en ce moment, à Pékin… Les températures ne sont pas si basses que ça (record à –8°), mais le vent… Rhhhaaa… le vent ! Pour aujourd’hui, le record de “température ressentie” était à -11°… C’est tout de suite moins sympa.. Autant vous dire qu’on ne passe pas beaucoup de temps dehors…

     Le deuxième mot qu’affectionne Petite Louise : “ça pue” (dit en se pinçant le nez)… Ben oui… Ca pue… Au départ, “ça pue” était réservé aux couches sales, sur le ton de la plaisanterie (encore que… parfois…)… Maintenant que les couches ont disparu, “ça pue” s’utilise quand il faut utiliser les toilettes publiques, dans les centres commerciaux ou dans les marchés… Et oui, elle a raison, Petite Louise, ça pue… Avec une mention spéciale pour les toilettes du marché Tianyi (aussi connu sous le nom de “marché de Noël” pour la grande quantité d’articles de décoration de Noël qu’on peut y trouver)… Comment dire ?

     Les toilettes publiques en Chine, ça peut ressembler à ça :

567284088_3cbfea997d_z

(image piquée là : http://www.flickr.com/photos/peregrinari/567284088/)

… pas de porte et des cloisons, entre chaque “box”, montant environ jusqu’à la taille d’un adulte debout…

     Au Tianyi market, on a eu de la chance : il y avait des portes… qui ne fermaient pas, qui ne cachaient pas plus que le haut du dos… mais des portes… Par contre, au Tianyi, il y avait la saleté en plus, les poubelles sans couvercle débordant de papier toilette usagé et autres serviettes hygiéniques en fin de vie… Indescriptible… et l’odeur… qui fait dire à Petite Louise : “ça pue”, et à sa mère “tu ne touches à rien ! surtout, tu ne touches à rien !”…

     Et tout ça pour quoi ? Pourquoi ? Pour aller chercher de nouvelles décos de Noël… Parce que, c’est bien connu, on n’a jamais assez de décos Noël… Et voilà le travail… Une partie du travail… 

noëldéco

     Revenons au “ça pue”…

     L’avantage de “ça pue”, c’est que ça peut aussi servir à expliquer pourquoi on ne sort pas aujourd’hui… Parce que Pékin, parfois, les jours de grande pollution, ça pue, littéralement… et que c’est plus facile à comprendre, pour Petite Louise, qu’on ne sort pas parce que “ça pue”, qu’une grande explication basée sur la quantité, contenue par l’air, de particules fines et autre truc pas terrible à respirer…

     D’ailleurs, on en parle beaucoup, en France, en ce moment, de la pollution à Pékin (merci Monsieur Google qui me tient au courant de tout ce qui paraît en France avec “Pékin” dans le titre)… Alors on fait comme d’habitude : trois ou quatre jours vraiment dégueu, où “ça pue”, un ou deux jours de pluie miraculeuse (qui, en ce moment, est de la neige miraculeuse), deux jours de grand ciel bleu.. et c’est reparti pour un tour…

     Quand on discute avec des expats ou assimilés, ici, c’est la première raison qui vient pour évoquer le fait qu’il n’est généralement pas envisagé de passer de trop longues années ici… Et nous n’échappons pas à la règle : c’est quand même quelque chose de bien embêtant, cette pollution constante dans cette ville de notre nouvelle vie à nous à Pékin…    

Publicités

4 réponses à “Deux nouveaux mots…

  1. veroZ 15 décembre 2011 à 22 h 46 min

    le premier souvenir qui me revient quand j’entends parler de toilettes chinoises se sont celles de la gare de pékin et celles du train pour xian

    • petitelouiseericetkarine 16 décembre 2011 à 10 h 17 min

      Elles n’étaient pas mal, celles-là, c’est vrai… mais il y avait des cloisons jusqu’au plafond… on perd le côté amusant des toilettes « traditionnelles » : plus possible de discuter tranquillement avec sa voisine…

  2. ISA 16 février 2012 à 16 h 18 min

    Oh les toilettes tradi …
    a te couper l’envie !

    • petitelouiseericetkarine 17 février 2012 à 10 h 25 min

      Et bien sympas, les toillettes tradi, quand il faut tenir Petite Louise au-dessus, à bout de bras, en retenant sa respiration… et en croisant les doigts pour que la pause « pipi » soit la plus courte possible…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :