Les joies de la vie en collectivité…

    Finalement, il tarde un peu, le billet sur Shanghai…

     Avec tout ce temps libre que j’ai maintenant que Petite Louise va à la crèche, c’est une honte, non ?

     D’autant plus que ma fermeté n’aura duré que le temps du dernier billet posté sur ce blog… et que, depuis mercredi dernier, Petite Louise a testé, et apprécié, la sieste à la crèche, suivi du goûter entre “copains/copines”…

     Enfin, j’ai pu la récupérer sans l’entendre se lancer dans une entreprise (plutôt réussie, la plupart du temps) de culpabilisation de moi !

     Enfin aussi, j’ai pu profiter de ce sentiment bien agréable qui est celui d’une journée qui débute et dont on sait que, pendant de looonngues heures, on va pouvoir organiser son temps en fonction de soi et seulement de soi (et, accessoirement, de tous les trucs vraiment sympas que l’on a à faire quand on n’a plus d’ayi-l’ayi) !

     Que du bonheur !

     Ca a duré quatre jours.

     Lundi soir, Petite Louise avait l’air un peu plus fatiguée que d’ordinaire. Sans doute une sieste un peu écourtée ? Soirée un peu délicate, comme peuvent l’être des soirées avec un enfant de deux ans fatigué… et puis nuit VRAIMENT délicate, avec une poulette qui débarque dans notre lit juste avant 1h00 (qu’est-ce qu’il est profond, ce sommeil d’avant 1h00 !), refuse de regagner sa chambre, finit dans notre lit et se réveille en pleurs toutes les heures ou presque…

     Ca faisait longtemps ! On avait perdu l’habitude des nuits qui ne permettent pas de se reposer…

     Et le lendemain… De gros yeux tout gonflés, tout collés de pus… et un peu deDSC_0732 fièvre…

     Un rendez-vous chez le médecin plus tard, on peut faire le bilan : un petit virus qui donne de la fièvre et fait couler le nez + une conjonctivite + une otite (voilà qui explique la nuit précédente… et celle qui a suivi)…

     Si l’on excepte une petite roséole il y a quelques mois, Petite Louise avait presque réussi à atteindre les 28 mois sans maladie aucune…

     Vive les joies de la vie en communauté !

     Quatre jours maintenant que Petite Louise et moi vivons enfermées toutes les deux… toutes les deux parce qu’il n’est évidemment pas question de la mettre à la crèche alors qu’elle est toute contagieuse.. et enfermées parce que depuis mercredi, jour où elle aurait pu commencer à ressortir, Petite Louise, le taux de pollution n’a pas vraiment baissé (avec deux jours qui frôlent des records… de ces jours où l’indice de pollution relevé est de 500 tout simplement parce que les machines ne savent pas faire de relevés au-delà de 500… la preuve en graphiques : http://www.lantiantian.com/index.php/en/this-month).

     Vive les joies de notre nouvelle vie à nous à Pékin !

Publicités

Une réponse à “Les joies de la vie en collectivité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :