Viens donc faire des affaires du côté de chez nous…

     Reçu ce matin :

image

     …

     Un courriel d’une boutique qu’on aime bien… une boutique dépendante d’une chaine de boutiques hongkongaises, présente un peu partout en Asie… On y trouve des tas de trucs inutiles, DONC indispensables, pour la cuisine : des trucs en silicone, des chalumeaux à crème brûlée, des thermomètres de cuisine (notamment des thermomètres à thé !)…

     D’habitude, quand la boutique en question m’envoie un courriel, c’est pour m’informer qu’il y a des soldes en ce moment (Que fais-tu devant ton écran, malheureuse ? Cours donc réaliser de bonnes affaires par chez nous ! C’est maintenant ou jamais !) ou un déménagement (Que fais-tu ENCORE devant ton écran, malheureuse ? Viens vite profiter des soldes qui vont avec le déménagement ! C’est maintenant ou jamais, pour les bonnes affaires !)…

     Pas cette fois-ci…

     Cette fois-ci, le siège de la chaîne de boutiques en question m’informe de ce que la boutique de Pékin, bien qu’ayant gardé les logo et nom de la chaine, n’a plus rien à voir avec lui… que le siège décline donc toute responsabilité quant à ce qui est vendu/acheté là-bas… Evidemment, plus de garanties, plus de remplacement des pièces défectueuses ou cassées…

     Ca sent la boutique qui va faire long feu, ça…

     Ca arrive souvent, ce genre de trucs, ici…

     Il y a un an environ, c’était le tour de la coiffeuse française chez qui j’ai pris l’habitude d’aller (encore que, par souci “d’honnêteté” son ancienne associée chinoise, après l’avoir gentiment poussée vers la porte, a changé le nom du salon de façon à ce qu’il ne puisse pas y avoir de confusion possible : “C. de France” est devenu “Salon de France”… Pas de confusion possible, évidemment… en particulier quand on prend rendez-vous par téléphone, auprès d’un chinois prononçant “Salon de France” avec un accent vaguement anglophone…)… Le nouveau salon a perdu tous ses coiffeurs étrangers, donc une grande partie de sa clientèle expatriée prête à payer plus (voire beaucoup plus) pour trouver un coiffeur qui la rassure et lui parle sa langue…

     Il y a peu, on a découvert que le chef français de la brasserie “Maxim’s” était “parti”… Est-ce que la brasserie est encore, peu ou prou, affiliée au célèbre restaurant français ? Aucune réponse à ça… Ce que l’on sait par contre, pour avoir pris l’habitude de déjeuner parfois là-bas à l’issue d’une matinée “shoping pour Petite Louise (et désormais pour Alice Meimei)”, c’est que les prix ont considérablement évolué… Plus de formule “lunch” et une inflation assez significative : la dernière fois que nous y sommes allés, le prix des desserts avoisinait les 25 euros… Autant vous dire que nous ne sommes pas restés assez longtemps pour noter le prix des plats principaux… Parce que la brasserie Maxim’s, même si c’est bien sympa pour finir une matinée shoping, ça ne mérite pas des prix de ce genre… Chaque fois que nous passons, nous jetons un oeil à la salle… vide…

     J’imagine qu’il y en a des tas, des histoires comme celles là…

     Peut-être pas si simple que ça, de faire des affaires dans ce pays de notre nouvelle vie à nous à Pékin…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :