Là, on y est allé sans Mickael-le-chauffeur…

     Ca n’arrive pas souvent, mais ce week-end, on a traversé la ville en taxi… Là où l’on allait, on n’a pas demandé à Mickael-le-chauffeur de nous emmener… Un peu parce que le week-end était férié… un peu aussi parce que ce week-end, nous sommes allés au mariage de Mickael-le-chauffeur…

     Et de deux mariages chinois !

     Pas franco-chinois, cette fois-ci… Sino-chinois… avec quatre faces de blancs dans la salle. Nous.

     Mais quand même… pas mariage entièrement traditionnel pour autant :  une décoration très “western” (des fleurs blanches un peu partout, des draperies et des noeuds-noeuds…) et une mariée en robe 1340507274314“meringue” blanche… mais un peu traditionnel quand même, notamment pour la place accordée aux parents (de Monsieur, s’entend) et le rôle des mariés durant le repas. Je ne crois pas l’avoir mentionné la dernière fois et c’est un peu idiot, parce que c’est quand même bien remarquable : il est tellement peu prévu que les mariés mangent durant leur mariage qu’ils n’ont pas de table réservée… Durant tout le repas des convives, ils passent de table en table, suivis d’un photographe, trinquent avec chacun des invités, puis Madame offre à chaque femme un bonbon (qu’elle ouvre et tend à “la becquée”) et à chaque homme une cigarette qu’elle allume. Tout le monde accepte. Quitte à éteindre la cigarette dès qu’elle a été allumée. Ou à cracher discrètement le bonbon ensuite.

     Et aussi… à propos du repas… Je n’avais vu tant de nourriture sur une table… toujours le principe, pour ceux qui connaissent, de la table ronde avec un plateau tournant sur le dessus, où sont posés, au fur et à mesure, tous les 1340510906690plats que les convives font circuler pour pouvoir se servir… Il y a eu tant de plats (je n’ai pas compté mais je dirais, au bas mot, qu’il y en a eu une trentaine) que les derniers arrivés s’empilaient sur les plats déjà sur la table et pas encore vidés, et que personne n’y touchait.. C’est ainsi que le canard laqué et le riz cantonais n’ont pas même été entamés ! Etonnant dans un pays où l’on meurt encore de faim, non ? Mais sans doute lié : la fête, c’est aussi faire ce qui est interdit en temps normal… ici, l’opulence ?

     Cela dit en passant, tout était bon (même si je n’ai pas aimé du tout de découvrir du durian dans la pâtisserie que je venais d’attaquer à pleines dents).

     Tout était bon et nous avons été très émus par le fait que la mère de la mariée a tenu, pendant qu’elle faisait son discours, à être secondée par une jeune femme qui traduisait en anglais pour les “faguo de pengyou” (les amis français)… Tout n’était pas compréhensible mais le geste était vraiment touchant.

     Tout parfait donc.. sauf qu’on a bien failli perdre Alice Meimei qui a été secoué de terribles quintes de toux… 1340505833466parce que les restaurants, en particulier quand ils sont ainsi “privatisés” pour une occasion particulière, ne sont pas non-fumeurs… Alors une trentaine de fumeurs durant toute la petite fête, ça faisait beaucoup pour Mademoiselle qui n’a fini par aller mieux qu’au moment où elle a réussi à s’endormir… Ca s’appelle l’épreuve du feu… Il faut la réussir et Alice Meimei l’a réussie. Elle a gagné le droit de continuer à partager notre nouvelle vie à nous à Pékin…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :